Chronique : Là où les lumières se perdent de David Joy

Editions : Sonatine
Format : Ebook
Prix : 13,99€ (Partenariat)
Parution française : 25 août 2016

Caroline du Nord. Dans cette région perdue des Appalaches, McNeely est un nom qui fait peur, un nom qui fait baisser les yeux. Plus qu’un nom, c’est presque une malédiction pour Jacob, dix-huit ans, fils de Charly McNeely, baron de la drogue local, narcissique, violent et impitoyable. Amoureux de son amie d’enfance, Maggie, Jacob préfère garder ses distances. Il est le dauphin, il doit se faire craindre et respecter. Après un passage à tabac qui tourne mal, Jacob se trouve confronté à un dilemme : doit-il prendre ses responsabilités et payer pour ses actes ou bien suivre la voie paternelle ? Alors que le filet judiciaire se resserre autour de lui, Jacob a encore l’espoir de sauver son âme pour mener une vie normale avec Maggie. Mais cela ne pourra se faire sans qu’il affronte son père, bien décidé à le retenir près de lui.

Je remercie chaleureusement Netgalley et les éditions Sonatines pour m'avoir permis de lire ce roman.

L’histoire se passe en Caroline du Nord, Jacob McNeely, jeune homme de 18 ans, a un nom de famille un peu spécial. A sa simple évocation, le nom des McNeely signifie gros ennuis. Jacob n’a pas la chance d’avoir une vie simple et agréable. En même temps, avec un père trafiquant de drogue et accessoirement meurtrier et une mère toxico accro à la Crystal meth, la réalité de Jacob est dure. Ces gènes ne lui font vraiment pas de cadeaux.

Jamais encouragé, il est persuadé d’être un raté. Les seuls paroles qu’il obtient de son pères, sont celles qui lui reproches constamment d’être un faible, une « fiotte », un raté quoi. Il n’a d’ailleurs jamais terminé le lycée qu’il a quitté à l’âge de 16 ans. Autant dire que depuis ce temps, sa vie sociale est devenue inexistante et puis de toute façon McNeely est un nom dont il faut se méfier et qui fait peur. Malgré cet environnement plus qu’instable, Jacob a toujours réussi à rester le plus éloigné possible des ennuis liés aux affaires de son père et à la réputation liée à son nom.

Un jour, pourtant, tout dérape. A la suite d’un énorme échec lors d’une mission confiée par son père, Jacob se rend compte que sa vie n’est remplie que de violence, de drogue et de sang. Ce jour-là, lors d’une fête où l’alcool et la drogue coulent à flot, il retrouve la fille dont il est toujours amoureux sur le point de prendre de la drogue, encouragée par son petit-ami. Jacob voit rouge et la situation dégénère au point où le petit-ami est laissé sur le carreau. Ce moment signera le début des hostilités et plongera Jacob en eaux troubles sur le chemin de la noirceur.

La narration est à la première personne. Un point de vue interne qui nous plonge au cœur des questionnements et des émotions de Jacob, le protagoniste principal.

L’intrigue correspond à la quête de rédemption de Jacob, qui va tout au long du roman tenter d’échapper à un avenir qui semble déjà tout tracé. La question qui se pose dans ce roman est de savoir si Jacob va réussir à s’en sortir. 

L’ambiance de ce roman est très sombre, noire même, car tout, autour de Jacob, n’est que violence. Mais Jacob a trouvé avec Maggie le chemin vers la lumière. Cette fille, c’est pour lui, la rédemption et l’espoir d’une vie meilleure loin des affaires de son père et de tout ce qui va avec.

Le rythme est plutôt soutenu et très prenant. Cette histoire nous tient en haleine du début à la fin. Il arrive cependant que certains passages soient plus lent, ils correspondent alors à des moments hors du temps. Mais dans l’ensemble tout s’enchaînent rapidement.

La plume de David Joy est magistrale. Les émotions sont exprimées à la perfection et la complexité des personnages est parfaitement retranscrite. L’auteur manie très bien les mots et maîtrise son histoire de façon très poétique.Cette plume permet de voir la profondeur qu’il y a en chacun des personnages. Ils sont complexes et attachants, presque réels.

Pour finir, j’ai adoré ce roman. Il contient des passages magnifiques et pleins d’émotions. Il y a tout de même un petit bémol, avec les quelques passages où notre personnage principal tourne un peu en rond et qui n’apportent rien de particulier à l’histoire.
Dans ce roman rien n’est prévisible, on est tenu en haleine jusqu’à la fin et la fin inattendue est triste et majestueuse. Un roman noir qui prend aux tripes, émouvants, poétiques. Une vrai claque, un petit coup de cœur !

Ma note 
9,5/10

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blogger Recognition Award

Chronique : Breathing - Tome 3 : Ma raison de respirer de Rebecca Donovan

Concours : Un fauteuil, un livre, un thé fête ses 2 ans !