Chronique : Pouvoirs de Marièke Poulat

Editions : Autoédité
Format : broché
Prix : 15,71€ (Partenariat)
Parution française : 29 avril 2016

La famille Sora est une famille de sorcière très réputée de la ville-nuage de Cumulus, située à plusieurs kilomètres au-dessus de notre monde.
Cléalia Sora a 16 ans quand Amalia, de deux ans son aînée, revient de son Apprentissage, titulaire du titre de Sorcière. Tout oppose les deux sœurs, Cléalia ne sait pas maîtriser ses pouvoirs, Amalia est très douée. Cléalia refuse l'autorité et les choix de ses parents, Amalia ne les questionne pas. Cléalia rêve de découvertes, Amalia, de stabilité.
Dépassée par la pression et la jalousie qu'elle éprouve, Cléalia fugue et atterrit par erreur dans notre monde - un monde qu'elle a toujours voulu comprendre. Elle décide d'y faire son Apprentissafe, coûte que coûte.
Cette décision va changer sa vie et celle de sa sœur.

Je remercie l'auteur, Marièke Poulat, pour sa confiance, sa gentillesse et pour l'envoie de son roman.

L’histoire commence quand Amalia, sœur aînée de la famille Sora, rentre de son Apprentissage avec le statut de sorcière. L’une des plus jeunes à obtenir ce statut, elle est sans conteste très douée, la plus douée de la famille en tout cas. Selon Cléalia, c’est aussi la plus jolie et la plus soutenue par sa famille. Alors qu’elle parle à sa deuxième fille toujours pour lui faire des reproches, la mère des deux filles ne tarit pas d’éloge envers son ainée. Amalia est celle à qui tout réussi et Cléalia est le vilan petit canard.
Même s’il y a de l’amour entre les deux sœurs, il y a aussi une très grande rivalité alimentait surtout par la jalousie de Cléalia envers sa sœur. Elle lui en veut tellement d’accaparer toute l’attention qu’elle décide de partir trouver elle aussi un Apprentissage pour montrer à sa famille qu’elle est autant capable qu’Amalia de réussir l’examen pour devenir sorcière à son tour.

L’intrigue suit donc Cléalia de sa recherche d’un Apprentissage au passage de l’examen tant attendu, lui permettant peut-être de devenir sorcière. Mais l’intrigue est plus qu’une simple quête de reconnaissance, elle permettra à Cléalia de se découvrir elle-même, de découvrir ce qu’elle veut vraiment afin d’avoir la possibilité de faire ses propres choix. Un véritable initiatique en somme.

La narration est à la troisième personne, un point de vue externe qui permet de suivre Cléalia mais aussi sa sœur et les autres personnages qui participent à l’histoire. Un point de vue que je trouve adapté au style du roman.

Le rythme est plutôt soutenu, les événements s’enchaînent rapidement sans perdre le lecteur. L’histoire n’est à aucun moment ennuyeuse et ne manque pas de surprises et de rebondissements.

Le style de l’auteur permet d’amener chaque élément de l’histoire au bon moment. Tout est bien agencé. L’idée est originale et la plume de l’auteur fluide, légère et plutôt simple.
Quelques coquilles sont néanmoins persistantes, visibles mais pas véritablement dérangeantes car peu nombreuses. Elles ne gâchent pas le plaisir de cette lecture.

L’ambiance est plutôt légère tout au long du roman même elle peut être assez mystérieuse ou plus lourde lors de certains passages. L’ambiance évolue très bien avec les événements, une preuve du bon enchaînement des événements.

L’univers, quant à lui, est sympathique et original. L’histoire évolue entre deux mondes. Le monde contemporain où se déroule la majorité de l’histoire et le monde intemporel où se trouve la ville nuage, Cumulus. Le monde contemporain appartient aux sans-pouvoirs alors que le monde intemporel appartient aux sorciers. Comme l’histoire se passe essentiellement dans le monde contemporain, les éléments que le lecteur apprend sur le monde intemporel seulement à travers Cléalia et Amalia. Ces éléments sont intéressants mais j’ai trouvé dommage qu’il n’y en ait pas plus. J’aurai découvrir plus de choses encore sur le monde intemporel.

Concernant les personnages, ils sont attachants et très intéressants. Tous enrichissent l’histoire à leur façon. Cléalia se cherche et évolue tout au long du roman. Elle est touchante de naïveté. Même si souvent cette naïveté lui joue des tours, Cléalia parvient à rester elle-même tout au long du roman.
Amalia apparaît dans l’histoire pour apporter des informations, son aide ou compléter l’histoire grâce à son point de de vue. La rivalité entre les deux sœurs est très présente dans le roman, même si au fur et à mesure que les pages se tournent, elle tend à s’atténuer.
Les autres personnages, tel Josette, Cyril, Marine ou encore Madame Eliane sont tout aussi importants. Leur rôle n’est pas moindre et a une incidence sur l’évolution de Cléalia.

Pour finir, j’ai beaucoup aimé ce roman. La fin m’a plutôt surprise car je ne m’attendais pas à une telle fin ou du moins pas exactement comme celle-là. Dommage qu’elle n’aille pas plus loin, j’aurai aimé rester encore quelques pages avec Cléalia.

Ma note
8/10

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blogger Recognition Award

Chronique : Breathing - Tome 3 : Ma raison de respirer de Rebecca Donovan

Concours : Un fauteuil, un livre, un thé fête ses 2 ans !

Chronique : Je sais pas de Barbara Abel