Chronique : Nous les menteurs d'E. Lockhart

Editions : France Loisirs
Format : Broché
Prix : 11,99€
Parution française : 4 mai 2015


Une famille belle et distinguée. Une île privée.
Une fille brillante, blessée ; un garçon passionné, engagé.
Un groupe de quatre adolescents - les Menteurs - dont l'amitié sera destructrice.
Une révolution. Un accident. Un secret.
Mensonges sur mensonges.
Le grand amour. La vérité.


Avec les nombreux avis que j’avais lus sur ce roman, il m’intriguait beaucoup. Il n’a donc pas attendu très longtemps dans ma PAL avant d’être lu. Mais je ne m’attendais pas à une telle histoire.

L’histoire se déroule dans un cadre merveilleux digne des plus belles cartes postales. La famille Sinclair est une grande famille riche qui a pris l’habitude de se réunir, chaque année, pendant les vacances d’été, toutes générations confondues, sur leur magnifique île privée. Ils donnent l’image d’une famille aimée, amante et soudée et profitent de ces quelques mois de l’année pour se retrouver et passer de bons moments ensembles.
Bien entendu, à l’instar de toutes les autres familles, indépendamment de leur standing, les Sinclair ne sont pas aussi lisses qu’il n’y paraît. Ils ont, eux aussi, leurs petits secrets et tensions familiales.

C’est à travers les yeux de Cadence, le personnage principal, que se déroule cette histoire. Cadence passe chaque été avec ses cousins, seulement l’année précédente a été marquée par un terrible accident dont elle n’a aucun souvenir et dont personne ne veut parler. Elle a perdu la mémoire et ne se souvient pas de ce qu’il y a eu lors de cet été-là.
La narration est donc à la première personne. C’est un point de vue que j’apprécie énormément habituellement mais qui ici ne m’a pas subjugué, à cause du personnage principal dont je me suis pas sentie proche.

L’intrigue est orientée sur la quête de vérité de Cadence. Elle ne se souvient de rien et est dans le flou total lorsqu’elle revient sur l’île pour ses vacances. Pourtant, les choses ont changé. Sa famille si soudé semble se déchirer pour des histoires d’héritage. Même si aucun d’entre eux ne laissent paraître quoi que ce soit, il y a des tensions dont elle ne connaît pas l’origine. Suite à cet « accident » survenu l’année dernière, Cadence est en pleine dépression. Elle souffre d’horribles maux de tête et ne parvient pas à ce souvenir de ce qu’il s’est passé. Tout au long du roman, l’intrigue a pour but de découvrir ce qui est arrivé et de comprendre pourquoi Cadence ne se souvient plus de rien.

Les personnages sont beaux, riches et intelligents mais aussi assez complexes à cerner. Ils ont de quoi plaire et pourtant, je n’ai pas su m’attacher à eux. Je n’ai pas apprécié ce qu’ils dégageaient et je n’ai pas su me détacher de cette impression de privilèges, guerre d’héritage et de tensions familiales qui m’a poursuivi tout au long du livre. J’ai trouvé que les personnages manquaient de profondeur et qu’ils n’étaient pas particulièrement attachants. Je n’ai pas réussi à m’identifier à Cadence dont le tempérament m’a plus souvent dérangé que l’inverse. M’étant sentie détaché d’elle, je n’ai pas réussi à me plonger pleinement dans l’histoire.

Le cadre est paradisiaque mais l’ambiance ne se marie pas bien avec le cadre. Elle est à la fois intrigante et dérangeante. Plusieurs fois au cours de ma lecture je me suis sentie mal à l’aise.

Le style de l’auteur est assez simple, trop simple peut être, du moins au début du roman. La plume évolue au fil des pages et donne l’impression de gagner en maturité à l’instar de notre personnage principal. L’auteur réussit à certains moments à amener de jolies réflexions et fait réfléchir le lecteur à travers les messages que son histoire véhicule. Ainsi, il pointe du doigt le sens de la famille, ses valeurs, les comportements que cela engendre…
Pourtant, par d’autres aspects le livre manque de profondeur que ce soit par ses personnages ou par son histoire que j’ai trouvé plate, sans saveur. Et à d’autres moments encore, il y a un manque de cohérence. Cependant, il est difficile d’en parler sans spoiler.

En conclusion, cette lecture est en demi-teinte. J’ai été charmée par certains aspects de l’histoire et suis restée insensibles face à d’autres. Je ne me suis pas sentie suffisamment impliquée, ce qui est bien dommage car l’intrigue avait du potentiel. Quand j’ai refermé le livre, j’étais à la fois surprise à cause de la claque que j’avais prise avec le dénouement, ne m’attendant pas du tout à une fin pareille, et à la fois perdue, si ce n’est, légèrement déçue, car il restait encore trop de questions sans réponse et parce que trop de choses m’avaient déplu.

Ce n’est pas une grande déception, mais cela reste une lecture moyenne, sans plus.

Ma note :
6,5/10

Commentaires

  1. Une déception pour moi, j'en attendais beaucoup plus :/

    RépondreSupprimer
  2. Aah mince, le résumé était prometteur en plus...

    RépondreSupprimer
  3. C'était un coup de coeur quand je l'ai découvert, j'ai beaucoup aimé l'ambiance, cette guerre de famille avec les secrets, les héritages. C'est vrai que les personnages sont particuliers. En tout cas, j'en garde un super bon souvenir et je suis curieuse de découvrir l'autre roman de l'auteure.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blogger Recognition Award

Chronique : Breathing - Tome 3 : Ma raison de respirer de Rebecca Donovan

Concours : Un fauteuil, un livre, un thé fête ses 2 ans !

Chronique : Je sais pas de Barbara Abel