Chroniques par genre




Chronique : Anna de Niccolo Ammaniti

Editions : Grasset
Format : Ebook
Prix : 14,99€ (Partenariat)
Parution française : 31 août 2016

Sicile, 2020. Un virus mortel, « la Rouge », a déferlé sur l’Europe quatre ans auparavant et décimé la population adulte ; les jeunes, eux, sont protégés jusqu'à l'âge de la puberté. Anna se retrouve seule avec Astor, son petit frère de quatre ans.
Elle doit affronter le monde extérieur avec ses cadavres, ses charognards, ses chiens errants et affamés, l’odeur pestilentielle, pour trouver, quand il en reste, des médicaments, des bougies, des piles, des boîtes de conserve, avec comme unique guide dans cette lutte pour la survie, le cahier d’instructions que lui a légué leur mère avant d’être emportée par la maladie.
Lorsqu’Astor disparaît, Anna part à sa recherche, prête à défier les bandes d’enfants sauvages qui errent à travers les rues désertes, les centres commerciaux et les bois. Mais l'ordre appartient au passé et les règles d'autrefois ont été oubliées. Pour réussir à sauver Astor, Anna va devoir en inventer de nouvelles, parcourant ce monde à l'abandon où la nature a repris ses droits, ne laissant que les vestiges d'une civilisation qui a couru à sa propre perte.
Une véritable odyssée des temps modernes où s'entremêlent lumière et ténèbres, un duel permanent entre la vie et la mort.
Je remercie chaleureusement Netgalley et les éditions Grasset qui m'ont permit de lire ce roman.

L’histoire se passe en Sicile, aux côtés d’Anna et de son petit frère Astor. Une terrible maladie a dévasté l’ensemble de personnes âgées de plus de 14 ans de la surface de la Terre. Anna se retrouve donc seule dans le petit domaine familial et à a charge son frère, à qui elle doit apprendre à lire et à survivre dans cette nouvelle terre hostile. Pour cela, elle peut compter sur un petit cahier que lui a laissé sa mère avant de mourir, une sorte de guide de survie.
Dans ce roman, nous pouvons découvrir des terres désolées, la société est anéantie et seuls de petits groupes d’enfants qui doivent grandir et s’adapter, essaient tant bien que mal de créer des sociétés miniatures où les plus vieux mènent les plus jeunes. Mais dans un monde où l’espérance de vie n’est que de 14 ans, la roue tourne rapidement.

L’intrigue suit Anna, le personnage principal, qui s’occupe de son frère et le protège. Un jour, lorsqu’elle rentre d’expédition, son frère a disparu. Elle se lance alors à sa recherche, prête à tout pour le retrouver. Elle va d’ailleurs croiser des personnages intéressants et certains plus attachants que d’autres feront même le chemin à ses côtés.

La narration est à la troisième personne. Un point de vue externe qui permet de suivre le personnage principal tout en ayant une vision assez dégagé sur ce qui l’entoure.

L’univers post-apocalyptique nous plonge dans une ambiance assez sombre où la seule véritable règle est la survie. L’univers est bien décrit et semble maîtrisé. Il est suffisamment visuel pour bien s’immerger dans l’histoire.

Le rythme est plutôt fluide et souffre peu de longueurs même si certains passages ont à mon sens peu d’intérêt. Mais je ne me suis pas pour autant ennuyée.

La plume de l’auteur est agréable et nous entraîne dans l’histoire sans difficulté.

Les personnages sont attachants surtout Anna et Calinou que j’ai le plus apprécié, pour leur complicité notamment.
Anna est une jeune fille intelligente et pragmatique, très observatrice et avisée. Il faut quand même souligner qu’elle réussit à survivre 4 ans sans l’aide de personne et en ayant la charge de son petit frère, avant qu’il ne disparaisse. On apprend à la connaître grâce à son histoire avant l’épidémie et à ce qu’elle nous montre durant le récit.
Calinou, est un personnage à l’histoire particulière que je vous laisserai découvrir, si le cœur vous en dit, mais une chose est sûre je l’ai beaucoup aimé dès le départ.

Pour finir, ce roman a été une lecture assez bonne, mais me laisse sur un sentiment mitigé. J’ai été un peu déçue par la fin qui n’apporte pas de véritable conclusion à cette histoire et pourtant l’idée à la base était originale. De trop nombreuses questions restent sans réponses à la fin du récit.

Ma note
6/10








Commentaires

  1. Il a l'air très différent de ses autres romans, je préfère découvrir ceux que je n'ai pas encore lus avant de me tourner vers celui-ci !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire









Badge Lecteur professionnel